Suivez-nous sur

ESSAIS

ESSAI KIA RIO MHEV 120 GT LINE FACELIFT 2021

MISE À JOUR MICRO-ÉLECTRIFIÉE

Le cap de la mi-carrière est toujours l’occasion d’une bonne mise à jour. Si esthétiquement il faut être un expert pour entrevoir les différences stylistiques de cette Rio restylée, c’est bien dans ce qui ne se voit pas qu’elle progresse le plus en adoptant une micro-hybridation ainsi qu’une boite de vitesses mécanique dotée d’un mode roue libre.  

Ce n’est pas encore l’heure du grand changement pour la Kia Rio qui évolue à l’occasion de son millésime 2021. Un facelift discret esthétiquement et qui fait principalement la part belle à la technologie. Kia a bien retravaillé la calandre, désormais plus fine, ou encore les entrées d’air du bouclier avant, mais finalement ce qui tape le plus à l’oeil n’est autre que la nouvelle teinte bleu qui dans cette finition GT Line Premium confère à la Rio restylée une belle allure. Du coup, on comprend mieux pourquoi Kia s’est contenté du minimum syndical puisque cette Rio se montre toujours dans le coup sans prendre une ride. Une fois dans l’habitacle, on ne change pas la formule et donc pour un agencement revu en profondeur il va falloir attendre la prochaine génération. On note tout de même un nouvel écran tactile de 8 pouces, contre 7“ sur la précédente, et l’introduction d’un nouveau système télématique dénommé UVO Connect qui est compatible Apple CarPlay et Android Auto. Tant que nous y sommes, Kia a intégré de nouveaux systèmes de sécurité et d’aide à la conduite évolués parmi lesquels l’assistance active à la conduite, le régulateur de vitesse adaptatif, le système de freinage d’urgence autonome avec détection des cyclistes, le système anti-collision avec détection des angles morts et le système de reconnaissance des panneaux de limitation de vitesse. Autant dire que la petite Rio n’a pas à rougir en terme d’aides à la conduite de dernière génération.

LA RIO PART À LA CHASSE AUX CO2

L’obligation de réduire drastiquement les émissions de CO2 pousse les constructeurs vers l’électrification, ce qui n’est pas sans incidence sur le prix des voitures qui augmentent avec cet apport de technologie électrique qui coûte cher surtout lorsque l’on bascule vers l’hybride rechargeable. Pour la Rio restylée, point d’hybride rechargeable car on se contente d’une simple hybridation légère de type alterno-démarreur 48V qui donne un petit coup de boost au moteur turbo essence 3 cylindres sur les accélérations et relances tout en permettant de réduire la consommation. Très compact, ce 3 cylindres développe 120 ch et surtout il est couplé avec une boite de vitesses mécanique dite « intelligente » qui dispose d’un embrayage électronique et d’une fonction roue libre en laissant l’embrayage ouvert, donc en roue libre. A l’usage le moteur se coupe ou passe au ralenti lors d’un lever de pied de l’accélérateur. En se retrouvant en roue libre, l’auto prend de l’inertie et ne ralentie pas puisqu’il n’y a pas de frein moteur. C’est déconcertant au début, mais en prenant le coup c’est bien utile en ville et parfois on se demande si l’on ne conduit pas une voiture équipée d’une boite auto au point que l’on oublie presque de débrayer en s’arrêtant.

Sur la route, la Rio restylée fait convenablement son travail sans offrir toutefois les qualités routières d’une Clio 5 ou d’une 208 nouvelle génération. La suspension est plutôt ferme surtout avec les roues de 17 pouces et ceci se traduit pas des trépidations dès que le revêtement est cabossé. Rien de bien méchant car le confort des sièges absorbe en partie la fermeté de l’amortissement qui compense par la même occasion le roulis avec des mouvements de caisse marqués et comme la direction n’est pas très informative par une assistance trop forte, le ressenti de la route au volant n’est pas exceptionnel, mais bon c’est une question très subtil de feeling avec l’auto. Pour le reste, cette Rio reste une bonne citadine polyvalente à l’aise sur tous les terrains avec son moteur de 120 ch. 

La Kia Rio restylée ne boxe pas au niveau des stars du segment mais elle n’en demeure pas moins agréable à vivre et ce d’autant qu’elle est plutôt jolie dans cette finition dynamique GT Line Premium. La micro-hybridation 48V la positionne parfaitement par rapport aux émissions de CO2 et lui évite ainsi un malus écologique qui lui ferait du tort. Toutefois, cette technologie a un prix et elle n’est accessible qu’au dessus de 20 000 euros.

Photos Laurent SANSON

CATÉGORIES & MARQUES

L’ACTU SPORT EN NORD

LA COTE DE VOTRE AUTO

PARTENAIRES

 

 

PUB

ARTICLES SPONSORISÉS

Plus dans ESSAIS