Suivez-nous sur

ACCESSOIRES PIÈCES DÉTACHÉES

REPROGRAMMATION MOTEUR : QUE DIT LA LOI ?

Reprogrammer sa voiture est devenu une opération courante auprès des passionnés d’automobile. Le résultat de l’opération présente en effet de nombreux avantages, ce qui fait le bonheur de plus d’un conducteur. Mais qu’en est-il des réglementations correspondant à cette procédure ?

En quoi consiste la reprogrammation du moteur d’une voiture ?

Les voitures modernes sont équipées d’un boîtier électronique, aussi appelé calculateur. Celui-ci contient un certain nombre de codes qui contrôlent les fonctions du moteur du véhicule. Reprogrammer le moteur consiste à revoir ces codes, en vue de modifier le comportement des pièces moteur. L’opération sert entre autres à augmenter la pression du turbocompresseur. Elle vise à gérer l’injection de carburant et l’allumage. Elle permet également d’optimiser le rendement du véhicule et de le convertir au bioéthanol E85.

Le principe de la reprogrammation est de changer les courbes d’allumage, les paramètres d’injection et les valeurs de la distribution. Le processus exige une connaissance pointue des moteurs à injection, des logiciels informatiques nécessaires et des spécificités techniques de la voiture. Il est ainsi recommandé de faire appel à des professionnels pour une reprogrammation de moteur sur Reims par exemple, afin de vous assurer que l’opération est réalisée dans les meilleures conditions.

En confiant votre véhicule à des experts, vous évitez des dommages irréversibles tels que le dysfonctionnement des pièces. Il faut noter que des paramétrages inadaptés à la performance de la voiture peuvent entraîner une mauvaise tenue de route.

Il existe deux principaux types de reprogrammation moteur :

  • la reprogrammation de stage 1 se résume à la modification des lignes des codes du calculateur. Les nouveaux codes sont développés sur le banc de puissance. L’objectif est d’obtenir un rendement optimal du moteur,
  • la reprogrammation de stage 2 permet d’améliorer davantage les performances du véhicule en réalisant également des opérations sur des éléments externes au bloc-moteur. Elle permet d’optimiser les capacités du moteur.

Ces stages de préparation moteur sont les plus connus des passionnés de l’automobile. Cependant, vous pouvez aller plus loin en optant pour la reprogrammation de stage 3 ou 4, selon vos préférences.

Pourquoi reprogrammer le moteur ?

La reprogrammation vise à optimiser la performance du moteur de la voiture. Elle permet d’améliorer son comportement routier. Cette opération n’implique pas la modification des pièces externes ni le remplacement du bloc-moteur. Elle permet d’augmenter la puissance du véhicule sans avoir à débourser des frais élevés. Elle offre notamment des avantages indéniables.

Augmenter la puissance

Au cours d’une reprogrammation moteur, les lignes de codes sont réécrites afin de soumettre de nouvelles directives au système d’injection. Ce dernier va alimenter davantage le moteur en carburant pour booster l’accélération. L’opération améliore la performance du moteur à hauteur de 10 à 30 % en moyenne. Ce résultat équivaut à une augmentation de puissance d’environ 10 à 50 chevaux, selon la voiture.

Limiter la consommation

L’opération consiste à reprogrammer le cycle moteur en optimisant la combustion du carburant, dont la qualité est améliorée sur certains modèles de voiture. Ces transformations permettent de réduire considérablement la consommation, de l’ordre de 1 litre aux 100 kilomètres. Vous réaliserez ainsi des économies considérables.

Réaliser une intervention abordable

La reprogrammation moteur n’implique pas des interventions mécaniques. Elle consiste à réviser le boîtier électronique sans avoir à remplacer le bloc-moteur et ses composants. L’opération évite ainsi de lourdes modifications et permet de minimiser les dépenses. En moyenne, il faut compter 500 € pour procéder à la modification du calculateur. Ce tarif varie en fonction des spécificités de la voiture, de l’objectif et de la complexité de l’intervention. Les professionnels peuvent notamment facturer jusqu’à 2 500 €, voire 4 000 € pour les véhicules plus puissants.

Personnaliser sa voiture

La reprogrammation d’un véhicule est un moyen pour le propriétaire de lui apporter une touche de personnalisation. Cela étant, il n’effectue pas de révision de la carrosserie. Le reparamétrage n’implique pas non plus des changements des pièces mécaniques. En d’autres termes, vous pouvez customiser facilement votre voiture à votre guise sans passer par des remplacements notables.

Exploiter le potentiel du moteur

La reprogrammation du moteur permet par ailleurs d’exploiter sa véritable performance. Souvent, les constructeurs équipent plusieurs types de véhicules de la même motorisation. De ce fait, celle-ci est programmée pour s’adapter à la voiture sur laquelle elle est installée. Parfois, elle ne tourne pas à plein régime et ne fournit donc pas sa puissance maximale. Il arrive également qu’elle offre plus de puissance que nécessaire à la voiture. À l’aide d’une cartographie, le professionnel de la reprogrammation ajuste la performance du moteur en fonction des besoins du véhicule.

Reprogrammation moteur : est-ce légal ?

La réglementation concernant la reprogrammation moteur reste floue. Toutefois, cette opération, bien qu’elle ne soit pas prohibée, doit s’accompagner de démarches administratives importantes.

Au niveau du Code de la route

Elle est considérée comme une transformation apportée à la voiture. À ce sujet, l’article R321-16 du Code de la route stipule qu’un véhicule soumis à une modification notable doit faire l’objet d’une nouvelle demande de réception à titre isolé (RTI). Celle-ci est déposée auprès d’un organisme d’homologation. Elle consiste à vérifier si le véhicule répond aux conditions techniques de mise en circulation après la transformation. À défaut de cette déclaration dans le délai imparti, le propriétaire encourt les sanctions prévues pour une contravention de quatrième classe.

Le Code de la route ajoute dans l’article R322-8 que si les caractéristiques mentionnées dans le certificat d’immatriculation changent, celui-ci doit être modifié en conséquence. Dans le cas d’une reconversion à l’E85, il convient en l’occurrence de revoir la ligne P3 de la carte grise. La mention ES doit être remplacée par FE. Le renouvellement de la carte grise nécessite une déclaration auprès du ministère de l’Intérieur. Pour effectuer la demande, il faut se munir :

  • du certificat d’immatriculation original,
  • du Cerfa 13750*05 de demande d’immatriculation,
  • du procès-verbal de réception à titre isolé,
  • d’un justificatif d’identité,
  • d’un justificatif de domicile.

En attendant l’obtention de la nouvelle carte grise, le ministère responsable vous fournit un certificat provisoire d’immatriculation. Vous pouvez vous en servir sur un délai d’un mois à compter de la date de déclaration.

Au niveau du Code des assurances

D’après le Code des assurances, l’assureur doit être tenu informé de l’opération de reprogrammation moteur. Celui-ci révisera le contrat en conséquence. La procédure nécessite parfois l’autorisation du constructeur. En cas de refus de la part de ce dernier, l’assureur peut alors interrompre les démarches.

Il faut également savoir que l’assureur est en droit de refuser de prendre en charge un accident responsable en cas d’absence de RTI. Il vous incombe de faire une demande d’obtention de cette attestation auprès de la Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL). Autrement, votre véhicule reprogrammé, quelle que soit la modification apportée, sera considéré comme non conforme. Les frais de la procédure oscillent entre 1 500 € et 2 000 €.

Il faut noter que la plupart des préparateurs vous feront signer une décharge de responsabilité avant la reprogrammation. Le document stipule notamment que vous êtes conscient des répercussions d’une telle opération vis-à-vis des réglementations en vigueur.

Au niveau international

Une voiture reprogrammée peut circuler librement dans un pays de l’Union européenne. Il suffit qu’elle soit homologuée par les procédures communes des États membres. Elle ne subira alors aucun test en voyageant d’un pays à l’autre. Les différences entre les caractéristiques réelles du moteur et celles déclarées à l’homologation ne sont pas considérées comme une « non-conformité » dans certains pays.

La reprogrammation moteur est une opération qui consiste à changer les codes du calculateur. Elle permet d’optimiser les capacités du moteur tout en réduisant sa consommation de carburant. Cette opération n’est pas prohibée par la loi, bien qu’elle s’accompagne d’une longue procédure inévitable. Si elle semble simple à réaliser, il est indispensable de recourir aux services de professionnels de la préparation moteur. Ces derniers disposent des compétences requises pour effectuer les transformations dans les règles de l’art.

CATÉGORIES & MARQUES

L’ACTU SPORT EN NORD

LA COTE DE VOTRE AUTO

PARTENAIRES

 

 

PUB

ARTICLES SPONSORISÉS

Plus dans ACCESSOIRES PIÈCES DÉTACHÉES